L’ Anarchiste

L’ANARCHISTE retrace la vie de Virak, depuis sa jeunesse dans le Cambodge paisible des années 60, son ascension comme directeur d’un des plus grands journaux de Phnom Penh, à sa vie de chauffeur de taxi à Paris pendant que son pays sombre dans le drame khmer rouge. Entre monologue exalté, chorégraphies et vidéos, Jean-Baptiste Phou et Élisabeth Bardin nous entraînent dans un voyage entre le Cambodge et la France, le passé et le présent, la raison et la folie.

Note du metteur en scène:

En 2010, je découvre L’ANARCHISTE et suis totalement fasciné par ce roman de Soth Polin : l’écriture, le propos, sa violence. Lors de cette première lecture, de fortes images surgissaient que je fantasmais de faire vivre sur scène. Mais ma priorité d’alors était ma première pièce Cambodge, me voici qui traite de l’identité, de l’exil et de la mémoire. Retour aux sources, au sens littéral : Après sa création et tournée en France, l’Institut Français du Cambodge m’invite en résidence pour recréer la pièce dans sa version khmère en 2012.
La boucle étant bouclée, je suis revenu à ce projet d’envergure : adapter la deuxième partie de L’Anarchiste sur scène. Dans un pays où la quasi totalité des auteurs a été décimée, ce roman n’est pas uniquement un témoignage sur le Cambodge. Il s’agit bel et bien d’une œuvre majeure et incontournable, d’un chef d’œuvre de littérature écrit dans une langue crue, envoutante et dérangeante.
Non seulement Soth Polin nous éclaire sur l’histoire complexe et la politique d’avant-guerre, sur les rouages et l’influence des médias qui flirtent avec les plus hautes sphères du pouvoir, mais il explore également la nature humaine dans ce qu’elle a de plus perverse et violente. Au fil des pages, on en vient à douter de l’Homme et à se laisser entraîner dans l’idée que le mal réside peut-être en nous. Ce spectacle, crée avec la collaboration de plus d’une dizaine d’artistes, permet de découvrir un pan de l’histoire et un texte encore trop peu connus, et de se souvenir que le pire n’est jamais loin. Et dans la noirceur, peut-être, jaillira une étincelle.
— Jean-Baptiste Phou

Filmé en mars 2014 à Anis Gras, Arcueil
Cliquez ci-dessous pour ajouter le DVD à votre panier